CEM : planchers surélevés

De Guide de l'Installation Electrique

Le maillage des planchers participe à l’équipotentialité de la zone et par conséquent à la répartition et dilution des courants perturbateurs BF.

L’effet de blindage d’un plancher surélevé est directement lié à son équipotentialité. Si le contact entre les dalles n’est pas assuré (dalles avec joints en caoutchouc antistatique) ou si le contact entre les cornières de supports n’est pas garanti (pollution, corrosion, moisissure, etc., ou pas de cornière du tout), il est nécessaire d’ajouter une grille d’équipotentialité. Dans ce cas, il suffit d’assurer de bonnes connexions électriques entre les chandelles métalliques. Des petites agrafes à ressort sont disponibles sur le marché et peuvent être utilisées pour raccorder les chandelles à la grille d’équipotentialité. La solution idéale est de raccorder chaque chandelle, mais il est souvent suffisant de ne raccorder qu’une chandelle sur deux dans chaque direction. Une grille de largeur de maille de 1,5 à 2 m convient dans la majorité des cas. La section de cuivre recommandée est de 10 mm² ou plus. En général, de la tresse plate est utilisée. Afin de minimiser les effets de la corrosion, il est recommandé d’utiliser du cuivre étamé (cf. Fig. R8).

Les dalles perforées se comportent comme les dalles pleines lorsqu’elles sont réalisées en acier alvéolé.

Une maintenance préventive des dalles est nécessaire environ tous les 5 ans (dépend du type de dalle et de l’environnement climatique, humidité, poussières, corrosion). Les joints antistatiques en caoutchouc ou polymères sont à entretenir ainsi que les surfaces de portée des dalles (nettoyage avec un produit adapté).

Fig. R8 – Mise en œuvre d’un faux plancher
Les contenus spécifiques aux normes et réglementations françaises sont mis en évidence comme montré sur ce texte
Partager