Outils personnels

Architectures de système PV

De Guide de l'Installation Electrique

Aller à : Navigation , rechercher
Flag of France.svg  Les contenus spécifiques aux normes et réglementations françaises sont mis en évidence par un texte orange ou par un filet orange comme celui dans la marge

Règles générales de conception d'une installation électrique
Raccordement au réseau de distribution publique MT
Raccordement au réseau de distribution publique BT
Bien choisir une architecture de distribution électrique
La distribution BT
Protection contre les chocs et incendies électriques
La protection des circuits
L’appareillage BT : fonctions et choix
La protection contre les surtensions
Efficacité Energétique de la Distribution Electrique
Compensation d’énergie réactive
Détection et atténuation des harmoniques
Les alimentations et récepteurs particuliers
Les installations photovoltaïques
La norme NF C 15-100 dans l’habitat
Recommandations pour l'amélioration de la CEM
Mesure

Sommaire

Champ PV avec une seule chaîne de modules

Cette configuration est la plus simple (cf. Fig P17). Elle s’applique aux groupes PV de petite taille, pour une puissance crête allant jusqu’à 3 kWc, en fonction des modules utilisés. Elle est principalement utilisée pour les applications PV en résidentiel.

Fig. P17Schéma d’un champ photovoltaïque mono chaîne

Les modules sont connectés en série pour obtenir une tension continue dans ce cas comprise entre 200 et 500 VCC. Cette plage de tension permet d’obtenir le rendement optimal de l’onduleur.

Une ligne CC unique est tirée jusqu’à l’onduleur. Un interrupteur-sectionneur au voisinage de l’onduleur permet d’isoler le champ PV de l’onduleur

Champ PV avec plusieurs chaînes de modules en parallèle

Cette configuration (cf. Fig. P18), principalement utilisée pour les applications sur des bâtiments ou des petites centrales PV au sol, est utilisée pour des installations PV pouvant aller jusqu’à une trentaine de chaînes en parallèle, soit une puissance de l’ordre de 100 kWc. Cette limite est d’ordre technico-économique : au-delà, la section du câble CC principal devient trop importante.

Le nombre de modules en série par chaîne permet de déterminer la tension continue, dans ce cas comprise entre 300 et 600 VCC. Puis la mise en parallèle de chaînes identiques permet d’obtenir la puissance souhaitée de l’installation. Les chaînes sont mises en parallèle dans un coffret de jonction de groupes ou "PV array box". Ce coffret intègre les protections requises pour la mise en parallèle des chaînes et les moyens de mesure du courant des chaînes. Un câble CC unique relie ces coffrets à l’onduleur.

Un interrupteur-sectionneur au voisinage de l’onduleur permet d’isoler le champ PV de l’onduleur.

Fig. P18Schéma d’un champ photovoltaïque multi-chaînes avec un seul onduleur.

Une variante de ce schéma est de mettre plusieurs onduleurs monophasés raccordés en triphasé (cf. Fig. P19)

Fig. P19Schéma d’un champ photovoltaïque multi-chaînes avec plusieurs onduleurs monophasés raccordés en triphasé

Champ PV avec plusieurs chaînes réparties en plusieurs groupes

Au-delà d’une puissance de l’ordre de 50 ou 100 kW, pour faciliter les raccordements électriques, le champ photovoltaïque est partagé en sous-groupes (cf. Fig. P20). La mise en parallèle des chaînes se fait à deux étages.

  • Les chaînes de chaque sous-groupe sont mises en parallèle dans des coffrets de jonction de sous-groupes. Ce coffret intègre les protections, les moyens de mesure nécessaires et de monitoring.
  • Les sorties de ces coffrets sont mises en parallèle dans un coffret de jonction de groupes à proximité de l’onduleur. Ce coffret intègre aussi les protections requises et les moyens de mesure et de monitoring nécessaires à la mise en parallèle des sous-groupes.

Un interrupteur-sectionneur, intégré ou non au coffret de jonction de groupes, permet d’isoler le champ de l’onduleur. La tension continue du champ est voisine de 1000 VCC.

Fig. P20Schéma d’un champ photovoltaïque multi-groupes

Module a.c.

Une alternative au réseau continu est de rapprocher au maximum l'onduleur du module PV, à tel point que le module PV devient alors une source de puissance alternative. Cette solution, appelée "module a.c.", est répandue pour les petites installations, mais peut aussi être utilisée pour des systèmes plus importants.

Dans ce cas, la parallélisation et le câblage constituent un réseau en courant alternatif, auquel les règles générales d'installation s'appliquent.

Fig. P21Exemple d'architecture basée sur l'utilisation de "modules a.c."