Outils personnels

Mesures de protection des biens contre le risque d'incendie

De Guide de l'Installation Electrique

Aller à : Navigation , rechercher
Flag of France.svg  Les contenus spécifiques aux normes et réglementations françaises sont mis en évidence par un texte orange ou par un filet orange comme celui dans la marge

Règles générales de conception d'une installation électrique
Raccordement au réseau de distribution publique MT
Raccordement au réseau de distribution publique BT
Bien choisir une architecture de distribution électrique
La distribution BT
Protection contre les chocs et incendies électriques
La protection des circuits
L’appareillage BT : fonctions et choix
La protection contre les surtensions
Efficacité Energétique de la Distribution Electrique
Compensation d’énergie réactive
Détection et atténuation des harmoniques
Les alimentations et récepteurs particuliers
Les installations photovoltaïques
La norme NF C 15-100 dans l’habitat
Recommandations pour l'amélioration de la CEM
Mesure

Sommaire

Les DDR sont des dispositifs très efficaces pour assurer la protection contre les risques d’incendie car ils peuvent détecter et éliminer des faibles courants de défaut (par exemple 300 mA) qui ne sont pas détectables par les autres dispositifs de protection, mais suffisamment importants pour amorcer un incendie.

Les DDR sont des dispositifs efficaces pour assurer ce type de protection, car seul le niveau de courant permet de gérer le risque. Pour les schémas TT, IT, TN-S, le risque d’incendie d’origine électrique est pallié par l’utilisation de DDR de 300 mA.

Une étude sur des incendies en milieu industriel et tertiaire a révélé que leur coût est très élevé. L’analyse des phénomènes montre que le risque d’incendie d’origine électrique fait apparaître deux causes principales.

  • Les échauffements non maîtrisés créés par des protections de canalisations mal réglées ou des impédances de boucle de défaut mal évaluées (principalement dues à la vétusté, au manque de maintenance de l’installation). Les protections thermiques n’ayant pas joué leur rôle, des échauffements excessifs dus aux surintensités ou aux courts-circuits se sont produits dans l’installation, entraînant un incendie.
  • Des créations et des cheminements d’arcs électriques en présence d’humidité. Ces arcs se développent avec des boucles de défaut impédantes (Z > 0,6 Ω) et n’apparaissant que lors de défaut d’isolement ou lors de circulation de courants vagabonds. Un courant de 300 mA présente un réel risque d’incendie (cf. Fig. F26).

Des essais ont montré qu’un courant de défaut d’isolement de très faible valeur (quelques mA) peut se développer et, à partir d’un courant de 300 mA, générer, dans un environnement de poussières humides, un départ d’incendie.

Fig. F26Origine des incendies dans les bâtiments

Prévention dans les locaux à risque d’incendie et d’explosion

La norme CEI 60364-4-42 § 422.3.10 impose l’installation d’un DDR moyenne sensibilité (DDR-MS IΔn ≤ 500 mA) sur les circuits présentant un risque d’incendie.

Cette protection peut être obligatoire dans certains pays.

Note : une sensibilité de 300 mA est préférable.

La norme d’installation NF C 15-100 § 42 définit les différentes catégories de bâtiments présentant des risques :

  • d’incendie (BE2 ; § 422) pour laquelle elle précise les exigences particulières à mettre en œuvre, soit pour cette catégorie de bâtiment, soit :
    • aux § 422.1.7 et 424.10, l’utilisation de DDR à seuil réglé à 300 mA,
    • aux § 422.1.9 et 424.11, l’interdiction de la mise en œuvre du schéma TN-C.
  • d’explosion (BE3 ; § 424).

Ces textes sont harmonisés avec les textes européens (CENELEC).

D’une manière générale, elle recommande l’utilisation des DDR pour tous les types d’installation BT comme dispositifs préventifs du risque d’incendie.

Cette protection peut être installée en tête de l’installation du local à risque.