Outils personnels

Description des DDR

De Guide de l'Installation Electrique

Aller à : Navigation , rechercher
Flag of France.svg  Les contenus spécifiques aux normes et réglementations françaises sont mis en évidence par un texte orange ou par un filet orange comme celui dans la marge

Règles générales de conception d'une installation électrique
Raccordement au réseau de distribution publique MT
Raccordement au réseau de distribution publique BT
Bien choisir une architecture de distribution électrique
La distribution BT
Protection contre les chocs et incendies électriques
La protection des circuits
L’appareillage BT : fonctions et choix
La protection contre les surtensions
Efficacité Energétique de la Distribution Electrique
Compensation d’énergie réactive
Détection et atténuation des harmoniques
Les alimentations et récepteurs particuliers
Les installations photovoltaïques
La norme NF C 15-100 dans l’habitat
Recommandations pour l'amélioration de la CEM
Mesure

Les caractéristiques essentielles du fonctionnement d’un DDR sont montrées en Fig. F63 ci-contre.

Un circuit magnétique entoure tous les conducteurs actifs, y compris le conducteur neutre si présent, alimentant un circuit électrique. Le flux magnétique généré dans le circuit magnétique dépend à chaque instant de la somme arithmétique des courants dans les conducteurs actifs.

En cas de circuit monophasé (Fig. F63), le courant entrant I1 (de la source vers l’utilisation) est considéré comme positif, à l’inverse le courant I2 sortant est considéré comme négatif.

Pour un circuit électrique sain, I1 + I2 = 0 et il n’y a pas de flux magnétique, donc aucune f.é.m. créée dans l’enroulement secondaire.

Un courant de défaut Id passe dans le circuit magnétique de la source vers l’utilisation mais revient par les conducteurs de protection (schéma TN) ou par la terre (schéma TT).

De ce fait, la somme des courants entrant et sortant n’est plus nulle, soit I1 + Id + I2 = Id, et cette différence de courant crée un flux magnétique.

Cette différence de courant est appelée "courant résiduel" et le principe est dénommé principe du "courant résiduel".

Le flux alternatif résultant dans le circuit magnétique induit en conséquence une f.é.m. dans le bobinage du secondaire de sorte qu’un courant I3 circule dans l’enroulement de commande de déclenchement du dispositif. Si le courant résiduel dépasse la valeur requise (le seuil) pour activer le déclenchement du dispositif soit directement soit via un relais électronique ceci va provoquer l’ouverture de l’organe de coupure associé (interrupteur ou disjoncteur).

Fig. F63Le principe de fonctionnement d’un DDR